Nouvelles de l’ACR : l’exercice physique adapté à l’arthrite

Aujourd’hui au colloque annuel de l’ACR, les participants à un symposium sur les avantages de l’exercice ont pu entendre les conférenciers encourager les patients atteints d’arthrite à inclure l’activité physique à leur plan de traitement, une recommandation que l’on ne risquait pas d’entendre dans un colloque de ce type il y a à peine 20 ans.
A picture of people's legs walking on a cross walkLa docteure Vilet Vlieland, professeure du département d’orthopédie, de réadaptation et de physiothérapie au Centre médical universitaire de Leiden, aux Pays-Bas, a confirmé l’importance de la mise en œuvre, par un thérapeute professionnel, de programmes d’exercices faits sur mesure pour les patients arthritiques, des programmes qui peuvent comprendre entre autres une routine d’exercices et des activités planifiées, suivies par des évaluations régulières.

Elle a également affirmé que l’exercice peut être encore plus bénéfique pour les patients arthritiques que pour le public en général puisqu’il permet d’améliorer le fonctionnement physique, réduit la douleur et la raideur musculaire associées à l’arthrite et limite le risque de développement d’affections comorbides, telles que les cardiopathies et les accidents vasculaires cérébraux. La docteure Vlieland a indiqué que des programmes d’exercices appropriés doivent être soigneusement conçus en y intégrant une bonne combinaison de plusieurs types d’exercices : aérobie, force, souplesse et neuromotricité. Le programme devrait généralement être effectué au moins deux à trois jours par semaine et comprendre une routine d’exercices aérobiques d’une durée de 20 à 30 minutes, des exercices de renforcement visant de grands groupes de muscles et des exercices de souplesse et de mobilité articulaires s’appuyant sur un certain nombre de répétitions.

Certaines formes d’arthrite, comme la spondylarthrite ankylosante, peuvent effectivement nécessiter une routine quotidienne d’exercices de souplesse et de mobilité articulaires. Dre Vlieland indique que les thérapeutes doivent également être sensibilisés aux obstacles potentiels qui guettent les patients arthritiques, comme l’ajout d’un peu plus de temps consacré à la gestion de leur maladie, une gestion qui exige déjà beaucoup, ne serait-ce que pour les consultations chez différents professionnels de la santé.

Songez-vous à démarrer un programme d’exercices ? Nous l’espérons vivement ! Un bon point de départ serait de télécharger sur votre téléphone intelligent la nouvelle appli que le comité ACE a contribué à développer : « Marcher 10 rues ». Cliquez sur www.walk10blocks.ca pour en savoir plus (en anglais seulement).