Nouvelles de l’ACR : Combler les lacunes mondiales dans les soins de l’arthrite

ACR Annual Meeting BannerDans le cadre du congrès annuel de l’American College of Rheumatology (ACR) / Association des professionnels de la santé pour l’arthrite (APSA), le comité ACE a fait une présentation par affiche sur une enquête mondiale, « Modèles de soins pour les patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde : une enquête internationale », menée par le Réseau PR mondial dont font partie le comité ACE et 20 autres organisations de défense de patients. Cette enquête a été conçue pour recueillir le point de vue du patient sur les modèles de soins de la polyarthrite rhumatoïde (PR) ainsi que pour sonder le degré de connaissance des patients de leur maladie et des médicaments disponibles.

Cette enquête a révélé le besoin urgent d’améliorer la sensibilisation aux modèles de soins de la PR, aux médicaments et à tout le système de soins pendant tous les stades de la maladie. L’un des principaux constats fut le besoin d’offrir aux patients et au public plus d’information et d’éducation sur la polyarthrite rhumatoïde afin d’apporter aux personnes atteintes tout le soutien nécessaire et plus précisément, pour les aider à mieux décrire leurs symptômes et à prendre part aux décisions en collaboration avec leur rhumatologue.

Au cours du congrès annuel de l’ACR, un panel examinant comment combler les lacunes mondiales dans les soins de l’arthrite s’est penché tout particulièrement sur les moyens d’améliorer les soins aux patients habitant les zones mal desservies.

E. Michael Lewiecki, MD, a partagé l’information à propos du programme de télésurveillance élaboré par son équipe de l’Université de Mexico pour remédier à la pénurie de rhumatologues et aplanir les difficultés auxquelles font face les fournisseurs de soins de santé lorsqu’il s’agit d’atteindre les patients vivant en périphérie des grands centres, un problème qui sévit au Canada et ailleurs dans le monde. En vertu de cette initiative, les professionnels de la santé de partout dans le monde participent à des sessions hebdomadaires par téléconférence pour discuter de cas de patients et échanger sur les meilleures pratiques.

Également dans le cadre des discussions du panel, Jennifer Barton, MD, professeure adjointe à l’Université de la science et de la santé de l’Orégon, a traité des stratégies nécessaires à la fourniture de soins de grande qualité, malgré les barrières culturelles et linguistiques.

« Nos populations présentant de plus en plus de diversité, nous retrouvons aujourd’hui dans nos cliniques des cultures et des langues variées », nous dit la docteure Barton. « À titre de rhumatologue, la communication fait partie intégrante de notre profession. Nous devons obtenir de notre patient la description de ses symptômes, ses préférences et ses valeurs. Nous devons également être en mesure de l’informer sur sa maladie et sur les médicaments tout en ayant des conversations efficaces à propos des décisions à prendre sur les options de traitement. »

L’enquête du Réseau PR mondial que le comité ACE a contribué à mener a démontré que les patients moins bien équipés sur le plan de la communication sont parmi les groupes ayant de moins bons résultats de santé et dont l’expérience des modèles de soins affiche de nombreuses disparités.

Décrivant les techniques et les outils pouvant aider à surmonter ces obstacles, Dre Barton a par la suite fait la promotion de l’éducation du patient et du partage de la prise de décision entre les fournisseurs de soins et les patients arthritiques dont la maîtrise de l’anglais est limitée.

Elle a ensuite conclu : « En tant que rhumatologues, il nous incombe de nous assurer d’avoir une communication de bonne qualité et d’utiliser tous les outils à notre disposition pour faire la promotion d’une prise de décision partagée. Le fait qu’il existe des obstacles ne doit pas nous empêcher de fournir des soins de qualité à ces groupes de patients plus vulnérables aux pronostics médiocres. » Consultez le Réseau PR mondial (en anglais seulement) pour en savoir plus sur l’expérience des modèles de soins par les patients atteints de PR.